Rechercher

Pour une approche responsable de la fiscalité municipale

L’Équipe de Transition MSH prône une approche fiscale efficiente, responsable et équitable. Une approche qui ne va pas simplement transférer à la prochaine génération d’Hilairemontais.e.s la responsabilité des actions du passé ou de celles prises aujourd’hui.


De même, nous croyons qu’il ne faut pas indûment augmenter les dépenses parce que les valeurs foncières augmentent et que la Ville bénéficie de revenus associés aux nouvelles constructions et aux droits de mutation. Au contraire, il faut faire une gestion serrée des dépenses et bien planifier les investissements afin de maximiser les dollars confiés aux élus et à l’administration municipale.


La pandémie a fait bondir le nombre de transactions et la valeur foncière des propriétés ces deux dernières années. Les municipalités doivent refléter ces facteurs et ajuster les niveaux de taxation pour que les impôts fonciers assurent les services actuels de la Ville tout en considérant l’inflation tout en permettant un remboursement sensé de la dette accumulée.


Ces entrées de fonds supplémentaires en 2020-21 combinées à l’aide gouvernementale pour la COVID, au report de certains investissements et à la fermeture de la piscine municipale ont largement financé le gel du compte de taxes en 2021. Ces sources de revenus ne seront pas récurrentes et ne peuvent pas soutenir une telle approche à court ou moyen terme.


L’impôt foncier est, pour la ville, l’équivalent de votre salaire. Si l’on gèle votre revenu tout en continuant à faire face à des coûts croissants; alors un choix s’impose. On peut piger dans ses économies ou reporter des dépenses afin d’équilibrer le budget familial; ce n’est pas différent pour Mont-Saint-Hilaire.


Ainsi ne pas indexer ou pire encore baisser le compte de taxes équivaut à transférer aux générations futures le coût de notre qualité de vie actuelle ou se priver d’investissements nécessaires au bien-être de notre collectivité. Les réparations d’urgence de la piscine sont un exemple de travaux faits trop tard qui privent les citoyens d’une infrastructure de loisir illustrant ce qui arrive quand on entretient mal nos immeubles ou qu’on retarde les travaux nécessaires.


De plus, une étude réalisée en 2019 par l’Union des municipalités du Québec (UMQ) estimait que dans un horizon de cinq ans, les coûts liés à l’adaptation aux changements climatiques pourraient atteindre 2 milliards $ pour les 10 grandes villes du Québec et même le double pour l’ensemble des municipalités du Québec. Il faut investir dans des infrastructures qui vont dans le sens de la transition écologique et de bonne gouvernance. Ceci permettrait : d’éviter des bris de services, d’offrir à la population des services de mobilité active (connectivité des voies piétonnes et cyclables entre les quartiers), service de transport collectif bonifié et favoriser un accès à la nature (parcs, rivière et montagne).


Dans ce contexte, il est pertinent de maintenir le niveau actuel du taux de taxe foncière, en suivant l’indice des prix à la consommation afin de bien entretenir nos infrastructures et nous préparer aux défis des changements climatiques. Dans un objectif de saine gestion et de transparence, le compte de taxes foncières devrait inclure les éléments essentiels à la rencontre de ces défis. Cela constitue ni plus ni moins une approche fiscale ayant de la vision et qui est terre à terre.




167 vues0 commentaire